Patience et persévérance

22/09/2020

Vers la fin de l’été, la nature est encore généreuse. Le potager continue de nous régaler de ses beaux légumes. Mais il arrive aussi que les limaces et autres « nuisibles » se servent avant nous ! Ne nous décourageons pas : il y a encore moyen d’agir et de préparer de belles récoltes pour l’année prochaine.

La nature met parfois les nerfs des jardiniers à rude épreuve. Que vous fassiez pousser trois radis sur votre balcon ou dix rangées de laitue dans votre jardin, vous redoutez probablement les mêmes envahisseurs : les limaces, pucerons ou chenilles. Qui n’a jamais été découragé de voir ses belles pousses rongées par ces « nuisibles » ? Que faire pour s’en débarrasser sans produits phytosanitaires, dangereux pour notre santé et pour l’environnement ? Avec quelques « trucs » assez simples, il est possible de rééquilibrer l’écosystème environnant et de cohabiter sereinement avec ces petites bêtes – qui y ont aussi un rôle à jouer.

A la fin de l’été, les limaces se jettent souvent sur les jeunes plantes de notre potager, surtout après une période de sècheresse qui limite le développement des champignons. Que faire ?

  • Laisser traîner un tas de bois pour favoriser la prolifération de champignons et l’apparition de prédateurs de limaces comme les hérissons ou les carabes (coléoptères) ;
  • Planter à l’intérieur ou dans un espace protégé ou surélevé et ne déplacer les plantules à l’extérieur que quand elles sont suffisamment robustes ;
  • Sur un balcon, entourer les plantes d’un fil de cuivre sur lequel les limaces n’auront pas envie de s’aventurer ;
  • Planter quelques choux à proximité du potager pour rassasier les limaces (qui en raffolent) et protéger le reste de nos plantations.

Avec un peu de patience et d’expérience, vous devriez arriver à créer un écosystème plus favorable à votre potager. La variété de fleurs et de plantes favorisera cet équilibre.

Remèdes et décoctions

Pour dissuader les pucerons de se jeter sur vos plantations, il y a aussi des remèdes maison, comme l’arrosage local avec une solution sucrée.

Vous pouvez aussi renforcer vos plantes et lutter contre les attaques de pucerons avec des décoctions d’orties, facile à réaliser soi-même : laissez macérer 100 grammes d’orties une nuit dans 1 litre d’eau, portez à ébulition, laissez refroidir, filtrez et ajoutez un peu de savon doux.

Plus d’infos et conseils pratiques pour lutter contre les nuisibles : fiche potager.

Récolter les graines

La fin de l’été, c’est aussi le moment de penser à vos futures plantations. Vous pouvez récolter vos propres graines, les échanger avec d’autres jardiniers ou les resemer l’année prochaine. L’occasion de faire des économies tout en préservant la biodiversité !

Comment faire ?

  • Laissez, par exemple, fleurir un beau plant de laitue ou de basilic pour ensuite en récolter les graines.
  • Faites-les sécher et conservez-les dans un sac en papier, à l’abri de la lumière. 
  • Si vous avez de belles courgettes, laissez-en sécher une dans un endroit sec et aéré, jusqu’à ce qu’elle perde toute sa souplesse. C’est alors le moment de la casser pour en récolter les graines ! Attention, évitez de réutiliser les graines de plantes hybrides (appelées « F1 »), issues du croisement de deux plantes « parents». Les qualités des plantes ne se retrouveront pas à la génération suivante. 

Encore de belles récoltes

La période estivale touche à sa fin, les gros travaux au potager sont terminés mais l’automne annonce encore de belles récoltes! (Fiche potager : la conservation des récoltes)

Parmi les légumes qui vous ont été offerts dans le kit de graines 2020 de Bruxelles-Environnement, vous allez encore pouvoir profiter des mois à venir : récolte de bettes (jusqu’en novembre !), des laitues à couper (jusqu’à la fin octobre) et les concombres Marketmore (jusqu’en octobre). Régalez-vous !

Illustration