Gaëlle, Pauline et Milena

Gaëlle, Pauline et Milena ont démarré une colocation à Ixelles depuis une demi année. Dès le départ, elles ont décidé d’essayer de consommer selon les principes de la Good Food. Acheter des produits locaux, respecter les saisons, éviter le gaspillage alimentaire et trouver des moments pour cuisiner ensemble ont très vite été les lignes directrices de la colocation.

Ambassadeur Good Food : Gaëlle, Pauline & Milena from Bruxelles Env. - Leefmilieu Brus on Vimeo.

  • Faiblesses et forces de la colocation

Cette colocation d’étudiantes et de jeunes travailleuses est bien consciente des difficultés en matière d’alimentation inhérentes à ce mode de vie. Il n’est par exemple pas toujours aisé de se coordonner sur les objectifs par rapport à la Good Food, sur le budget que chacune peut consacrer à l’alimentation, sur ce qui va être partagé, sur la façon de consommer et de cuisiner… Mais être ensemble, c’est aussi se compléter, tirer profit d’emplois du temps très différents et partager la connaissance de produits et de recettes.

  • Découvrir son quartier par les paniers

Les colocataires ont rapidement trouvé un panier bio dans une maison médicale tout près de chez elles. Elles ont décidé d’acheter le panier hebdomadaire à trois afin de mutualiser les coûts et le plaisir des produits de saison. Une façon de (re)découvrir différentes variétés de légumes, de nouvelles saveurs et des recettes originales.

En plus des paniers bio, elles essaient de privilégier les commerces locaux et d’acheter en vrac, selon leurs besoins. Une façon de profiter du savoir faire des petits commerçants et d’opter pour la convivialité et l’humain. « On peut plus facilement poser des questions, discuter avec les gens. Je trouve ça gai, on se reconnait, ça éclaire un peu les courses. »

  • Au fil des saisons

Privilégier le local a permis aux trois jeunes femmes de redécouvrir le plaisir de consommer de saison. « Quand on sèche un peu sur ce qui est de saison ou pas, nous regardons le calendrier en ligne de Bruxelles Environnement ». Chemin faisant, elles se sont posé davantage de questions sur l’origine des fruits et légumes qu’elles consomment et la question du kilomètre alimentaire.

  • Eviter le gaspillage

L’une des difficultés de la colocation est de coordonner qui va acheter quoi, qui sera là pour les repas, qui va apporter des restes de la maison familiale… Pour contrer ce problème, les jeunes femmes ont mis en place deux solutions. L’une est de mettre en commun les fruits, légumes et autres produits qui doivent être consommés rapidement. L’autre est de prévenir via le groupe WhatsApp de la colocation quand il y a des restes à consommer d’urgence.

  • Mieux gérer son budget

Après une période durant laquelle elles ont comparé les prix, elles ont constaté que le panier bio était avantageux. En mixant des achats en supermarché et en commerces locaux en vrac, en achetant ensemble en plus grandes quantités les produits communs, en privilégiant une alimentation végétarienne, en évitant le gaspillage alimentaire, elles parviennent à équilibrer leur budget.


« Pour nous, la Good Food a été une façon de commencer à manger mieux. C’est un état d’esprit. C’est décider de changer sa manière de vivre, de consommer et cela ne se limite pas à la nourriture. Nous sommes la génération climat. Cela fait longtemps que l’on dit qu’il faut faire des efforts et pouvoir remettre tout cela en action et pouvoir concrètement le faire, cela rend plus légitime le discours que l’on peut avoir. On peut tous s’y mettre. » - Gaëlle, Pauline et Milena