Gastronomie rime avec écologie

Les Bruxellois prennent désormais près de la moitié de leurs repas hors du domicile et cette tendance continue d’augmenter. Prendre le pli d’une alimentation plus qualitative n’implique dès lors pas seulement nos habitudes à la maison, mais également nos choix et nos consommations quand on est de sortie.

Des chefs pionniers

Capitale et ville touristique, Bruxelles est réputée pour sa gastronomie et l’ambiance de ses cafés. Le secteur Horeca y compte plus de six mille établissements et assure un important volume d’emplois. On le devine, les quantités de denrées alimentaires en jeu sont considérables et la contribution des restaurateurs est indispensable pour faire évoluer l’ensemble du système.

Beaucoup d’enseignes l’ont déjà compris et donnent l’exemple : elles tiennent compte de la saisonnalité, achètent des produits locaux en circuit court, intègrent des alternatives végétariennes à leur carte, luttent contre le gaspillage, etc.

En remplaçant des produits industriels standardisés par des produits locaux et artisanaux, les chefs proposent aussi une qualité et une originalité que la clientèle ne manque pas d’apprécier.

Et des consommateurs explorateurs

En effet, toutes les enquêtes de consommateurs le montrent : la demande pour une alimentation plus écologique et plus saine est croissante.

Au-delà de l’impact des volumes, un petit resto en amoureux, un verre entre amis ou une fête de mariage constituent de bonnes occasions pour retrouver la saveur des préparations maison et découvrir des spécialités locales et des produits labellisés mis en valeur par des professionnels.

Des sites, des applications et autres campagnes d’information permettent aux citoyens soucieux de leur assiette de repérer les établissements qui s’engagent. Alors laissez-vous tenter par ceux qui s’inscrivent dans la philosophie Good Food !